Le jour où j’ai commencé à stresser pour une paire de chaussette

Le jour où j’ai commencé à stresser pour une paire de chaussette


Le stress est-il exponentiel aux nombres d’années et au nombre d’enfants que l’on a ? Je m’explique…

Depuis que je suis maman, je me suis mise à stresser pour tout un tas de petites choses qui avant me semblait tellement simple : traverser sans danger, entrer dans une pharmacie sans avoir peur de tout faire tomber,  avoir le temps de mettre mes chaussures pour partir…. et enfin, j’ai commencé à développer un sorte de stress auquel je ne m’attendais pas du tout : LE STRESS DES PAIRES DE CHAUSSETTES !

Ça ne vous parle pas ? Si, je suis sûre que ça va faire écho à quelque-chose qui se passe chez vous !


Prenons un exemple : lundi matin 8h, la plupart d’entre nous n’ont dormi que 4h (oui nous avons un grand bébé de 2 ans qui n’aime pas beaucoup dormir), on est presque prêt tous les 5, l’école commence à 8h30 pour le premier, 8h40 pour la deuxième et la crèche c’est quand on veut…
On est LAAAAAARGE !


Il nous reste deux chambres d’inhalation à faire sur deux garçons, une fille à coiffer et les chaussures / chaussettes à mettre !


Naaaaaaaan pas les chaussettes ?!!! Vous savez, ces petits accessoires, qui a priori on été créé surtout pour tenir chaud, être joli… enfin sans aucune arrière pensée de pourrir la vie d’une famille.


Là je commence a m’énerver et a répéter en boucle “Allez, il faut y aller là”.

Certainement le déni, pour éviter cette partie-là.

L’aîné enfile ses chaussettes sans problème (encore heureux !), le dernier n’a pas vraiment son mot à dire. Et c’est au niveau de la deuxième de 3 ans que ça se corse. On a du mal à aligner la couture de la chaussette exactement sur les doigts de pied, pas au-dessus, pas au-dessous, pas sur les doigts de pied, sur la bonne ligne des doigts de pied (j’avoue que je n’ai toujours pas compris où se situait cette ligne).

Et là c’est le drame, on a perdu 10 minutes, la chaussette n’est pas bien alignée.

Mademoiselle commence une sacrée colère. Comme le petit garçon dans Astérix qui s’arrête de respirer, où Robert dans Grosse colèreEncore Betty voit rouge… On n’a plus qu’à attendre que ça passe… et mon stress est au maximum.

Mais en attendant, qu’est-ce que je dis à la maitresse ? Que je n’ai pas réussi à lui enfiler une paire de chaussettes ?


Pour parler des colères et des frustrations de nos enfants, on sort régulièrement “Grosse colère” ou “Gaston la licorne” pour qu’ils mettent un doigt dessus, en espérant que la prochaine fois, la chaussette sera bien alignée…
Et vous, ça vous parle ce genre de situation ?